Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2008

Richard Avedon

La première chose qui m'a frappée en regardant l'exposition consacrée aux portraits réalisés par Richard Avedon au Musée du Jeu de Paume à Paris, c'est la précision avec laquelle il photographie ses sujets. La précision d'Avedon donne de l'intensité à ses photos.

Dans ses photos de mode, le flou bougé n'apparaît que sur une infime partie de l'image et la netteté est souvent faite sur le visage du mannequin. 

Dans ses portraits, la faible profondeur de champ (sur certaines images, les yeux sont nets mais les oreilles sont floues par exemple) est une marque de la précision d'Avedon et les fonds blancs font ressortir et se détacher les personnages. Comme le photographe le disait lui-même, « Le fond blanc isole le sujet par rapport à lui-même et à son environnement ; il permet d’explorer la géographie du visage, les continents inconnus du visage humain ».

Chaque portrait a une histoire, Marylin après des heures de séances photo est épuisée et Avedon capte un moment de tristesse dans son regard, Stravinski a été photographié peu de temps avant sa mort.

Cette exposition, qui est maitenant terminée, a couvert l'oeuvre d'Avedon de 1946 à 2004.

 

09:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photographie, portraits

Les commentaires sont fermés.